Le célibat selon Fairchild

Publié le par Pulp'

     
      Il se faisait déjà remarquer au sein du groupe de Modesto. Pendant longtemps Jim Fairchild était le garçon parfaitement rasé au milieu des autres barbus. Cet individualisme d'une rare violence a tout naturellement abouti à une carrière solo.


undefined











     Jim Fairchild a donc été le premier ex-Grandaddy à voler de ses propres ailes, en attendant Lytle. Sous le nom All Smiles, il n'est pas vraiment tout seul, puisqu'il a fait appel à quelques collaborateurs pour son premier album, Ten Readings of a Warning (Dangerbird), sorti cette année. Pour ce premier exercice, on retrouve Janet Weiss (Sleater Kinney, Quasi), Joe Plummer (Modest Mouse, Black Heart Procession, Magic Magicians), Danny Seim (Lack Thereof, Menomena) , et Solon Bixler (Great Northern).

     Fairchild a avoué avoir accumulé de la frustration au sein de Grandaddy, tant  le groupe était devenu le bébé de Lytle depuis Sumday (2003).  Avec Ten Readings of a Warning, l'ancien guitariste du groupe, aujourd'hui basé à Chicago après des escapades à Los Angeles et Portland, peut donc donner naissance à ses propres inspirations. Le son de Fairchild est plus classique, une pop acoustique avec quelques guitares électriques discrètes, une musique joyeuse et délicate, Fairchild chante tout en sobriété avec une voix très agréable. Le style Fairchild se rapproche de celui de David Bazan (Pedro The Lion), ils ont d'ailleurs tourner ensemble. Au final, un premier jet très prometteur pour celui s'est laissé pousser la barbe après l'expérience Grandaddy. Individualiste je vous dis. (

     Rappelons que Jim Fairchild a  collaboré un temps avec Great Northern, Earlimart et Modest Mouse avant de se lancer dans le grand bain.


All Smiles - Moth in a Cloud of Smoke,
Ten Readings of a Warning, Dangerbird, 2007



All Smiles - Piles of Burning Leaves,
Ten Readings of a Warning, Dangerbird, 2007



jim-fairchild.jpg







Un court extrait d'une interview récente de Jim Fairchild pour DCist interview.


" All Smiles est à la base un album solo de Jim Fairchild, enregistré sur un 8 pistes avec plusieurs musiciens invités. C'est quelquechose que tu voulais faire depuis longtemps, ou ça t'est uniquement venu à l'idée après le split de Grandaddy ? Quand est-ce que les chansons ont été écrites ?

Oui, j'ai toujours écrit des chansons. J'avais aussi une peur irrationnelle que des gens les écoutent. J'ai fini par me dire que si j'en faisais quelquechose, ce serait uniquement pour moi. Mais maintenant elles sont sorties et je ne peux plus vraiment avoir peur. La plupart des chansons ont été écrites en 2005, quand la fin de Grandaddy devenait de plus en plus évidente chaque jour.

Passé de guitariste à chanteur doit être quelquechose d'assez compliqué, non ? Sur cette tournée et lors de la dernière avec Gruff Rhys,tu es seul sur scène.

Oui, c'est parfois difficile et stressant pour moi. Ayant passé autant de temps sur scène depuis tant d'années, tu te dis que tu as accumulé assez d'expérience pour gérer ça. Je me demande encore si j'y arriverai un jour, mais en même temps je ne me suis jamais senti aussi bien sur scène.

Il y a un nombre incalculable de songwriters qui tournent maintenant. A quel point est-ce difficile de se faire remarquer ?

Je crois que c'est assez difficile, en effet. Mais la configuration actuelle de la tournée ne va pas durer éternellement. Je veux continuer à faire de la musique avec un gros son. "

par Kyle Gustafson, pour DCist interview, 1er novembre 2007. Interview intégrale ici.




All Smiles - Live, Ronny's Bar, 25 mars 2007.



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article