Grandaddy et le Naked Spaceman

Publié le par Ricardo Ananas


      Arm of Roger, ça ne vous dit rien ? Pourtant, ces trois mots ont mis en panique les gens de chez V2 Records pendant une bonne semaine. Retour sur un épisode truculent de l'histoire de Grandaddy.

 
Inspiré de l'article de junkmedia.org

150544.jpg

        2002, les responsables de chez V2 Records attendent avec impatience la maquette du prochain album de Grandaddy. Il est vrai que deux ans plus tôt, le groupe a fait sensation avec son deuxième album,  The Sophtware Slump. Encensé par la critique, comparé au OK Computer de Radiohead, le successeur d' Under The Western Freeway a instantanément boosté la popularité des barbus de Modesto, California (encore une fois, Jim Fairchild m'excusera). 

 

       Le groupe enregistre depuis presque un an dans le studio de chez Jason Lytle, à Modesto. La maison de disque commence à s'impatienter. Après plusieurs relances sur le répondeur de Jason Lytle, elle finit par recevoir le fruit de ces douze mois de labeur. Sur la cassette, un titre mystérieux :


 

" Arm of Roger : The Ham and Its Lily "

 

 

        La première piste s'intitule "Robot Escort", et elle inquiète sérieusement ses auditeurs. La chanson, si on peut lui donner ce nom, est totalement décomposée. Il n'y a aucune mélodie et Jason Lytle semble aussi allumé que le robot qui lui répond.


      

 

 

         Les titres suivants ne vont pas rassurer le staff de V2, qui commence à carrément flipper. "I Like Lo-Fi Recordings" et sa première ligne "I am the naked spaceman" ne ressemble à rien. Le titre est savoureux, mais les "patrons" de Grandaddy n'ont plus vraiment d'appétit. "Down With The Animals" ne va pas arranger les choses.

 


 

 

 

 

          "Down", leurs protégés le sont complètement. Comment est-ce qu'un groupe responsable de  The Sophtware Slump a pu tomber si bas ? Qu'est-ce qui ne va pas chez eux ?? En 35 minutes, Grandaddy est en train de se suicider. Les responsables de chez V2 n'en reviennent pas, il est impensable qu'ils sortent ce qu'ils ont entre les mains. La dernière piste s'intitule "The Pussy Song" !


 

 

           Pendant une semaine, le staff est complètement paniqué. Ils sont en train de perdre un de leurs principaux étendards. Aaron Burtch se souvient de la réaction du label : " Les gens qui ne nous connaissaient pas trop bien à moment-là disaient : 'On va envoyer ces gars en thérapie, c'est vraiment un sale plan, pas moyen qu'on sorte ce truc-là !'. Mais au bout de quelques jours, Kate Hyman, responsable de le branche "découvertes" de chez V2, reprend ses esprits et laisse un message sur la boite vocale de Lytle :

 

" Ok, bande d'enfoirés. Il est où le vrai album ?? "

 

           Le groupe se décide à envoyer les bandes de  Sumday à la maison de disque. En les écoutant, on respire mieux chez V2. " Il y a eu trop de coups de fil du label, trop de messages laissés sur le répondeur de Jason, demandant quand ils recevraient les bandes ", explique Burtch. L'enregistrement touchait à sa fin, la " tension était palpable ". En trois nuits imbibées d'alcool, Jason Lytle, le guitariste Jim Fairchild et le clavieriste Tim Dryden ont mis en boite l'album de Arm of Roger. " Ils étaient complètement farcis et ils ont fabriqué ce disque vraiment stupide super rapidement ", continue Aaron Burtch, " ensuite on le leur a expédié tout de suite. C'est fun de faire poireauter les gens, surtout les maisons de disques. "

 

En mai 2003, V2 sort  Sumday, le troisième album de Grandaddy.

 

 

Sumday.jpg

 



Publié dans AUTOUR DE GRANDADDY

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article