Playlist #5 : les singles

Publié le par Pulp'


Quinze ans de carrière, quinze singles pour retracer l'évolution de la musique de Grandaddy, des débuts lo-fi aux miaulements du Fambly Cat. Ca se mange sans faim, ça se savoure sans fin.



 


Nebraska, premier single du groupe. Il est en compagnie de Could This Be Love sur un 2-titres. Les débuts de Grandaddy, le son est noisy, la production lo-fi, Lytle crie, tant bien que mal. On est en pérode post-grunge, et on en ressent encore les effluves. La musique du groupe va beaucoup évoluer, mais on desselle déjà le sens de la mélodie et des arrangements du garçon.


Grandaddy - Nebraska [1994]





La première version date de 1995. On retrouve Taster sur la compilation The Broken Down Comforter Collection en 1999. Une sorte de Nebraska épuré, qui augurait, en 1995, de la bombe Under The Western Freeway.


Grandaddy - Taster [The Broken Down Comforter Collection, 1995]





Under The Western Freeway, enregistré comme tous ses petits frères chez Lytle, inaugure ce qui deviendra une des marques de fabrique du groupe : le synthé Casio qui sonne comme un robot sur le point de rendre l'huile. On y viendra d'ailleurs quelques années plus tard avec The Sophtware Slump. Ce synthé, ultra-mélodique, on le retrouve partout, il empêche n'importe quel morceau de sombrer dans la routine. L'harmonie est parfaite : les miaulements de Lytle, les guitares noisies héritées des débuts lo-fi du groupe, et donc ce synthé destroy qui devient si évident. Il est incontournable sur les quatre singles de l'album (parmi lesquels le pure tube pop-rock Summer Here Kids), il est même mythique sur A.M.180, titre repris par Danny Boyle dans son film 28 days later. "Doo too doodoodoo doo doo doodoo  doooo doodoodoo dooooooo", c'était tellement simple.


Grandaddy - Everything Beautiful Is Far Away [Under The Western Freeway, 1998]

Grandaddy - Laughing Stock [Under The Western Freeway, 1998]

Grandaddy - Summer Here Kids [Under The Western Freeway, 1998]

Grandaddy - A.M.180 [Under The Western Freeway, 1998]





The Sophtware Slump est un album concept. L'homme et la machine, une montagne, un lac et un clavier d'ordinateur. Jason Lytle lui-même, qui a produit et mixé tous ses albums, avoue détester utiliser un ordinateur, mettre trois plombes à écrire une ligne, et être incapable de poster une image sur un forum. Par contre, il aime skier, pêcher, se ballader en forêt. Bref, l'histoire racontée par cet album est celle de Lytle. Ici, la production est extrêmement soignée, mais limpide. L'album le plus varié du groupe, du tube pop-rock (les singles The Crystal Lake et Hewlett's Daughter) aux ballades cristallines (Underneath The Weeping Willow), en passant par les voyages épiques, magiques, desquels on aimerait ne jamais revenir (l'ouverture et troisième single de l'album He's Simple, He's Dumb, He's The Pilot, morceau extraordinaire, beau à en pleurer ; la fin du voyage, So You'll Aim Toward The Sky). C'est aussi sur cet album que le robot Jed va rendre l'huile, en musique. Ecoutez He's Simple, He's Dumb, He's The Pilot au casque, tranquillement allongé(e) sur votre lit, et laissez-vous aller. Je vous promets que c'est une expérience qui tutoie le divin.


Grandaddy - The Crystal Lake [The Sophtware Slump, 2000]

Grandaddy - Hewlett's Daughter [The Sophtware Slump, 2000]

Grandaddy - He's Simple, He's Dumb, He's The Pilot [The Sophtware Slump, 2000]




The Windfall Varietal n'est pas un album. C'est une compilation de faces-B, lives, démos que le groupe vendait à la fin de la tournée de The Sophtware Slump. Le dernier titre est celui qui nous intéresse. Alan Parsons In A Winter Wonderland est une chanson que le Père Noël doit écouter lorqu'il livre les cadeaux sous acide. Alan Parsons est un producteur qui a travaillé avec les Beatles et Pink Floyd, avant de fonder le groupe The Alan Parsons Project, notamment responsable du mega tube Eye in The Sky, en 1982. Un titre rafraichissant, fun, qui a causé quelques problèmes à Grandaddy, puisqu'ils n'avaient légalement pas le droit de le mettre sur The Windfall Varietal.


Grandaddy - Alan Parsons In A Winter Wonderland [The Windfall Varietal, 2000]





Sumday débute avec un couinement de canard, c'est un cygne. Cet album n'est rien d'autre qu'un fabuleux album pop-rock d'une efficacité redoutable. Un album plein de vie, chaud, le négatif de The Sophtware Slump, à l'exception des deux dernières pistes, mélancoliques et désabusées. The Warming Sun est une chanson d'amour impossible, The Final Push To The Sum (trouvez-moi un meilleur titre pour clôturer un album) touche directement à la question existentielle "qui suis-je ? qu'ais-je fait ?". Un album rempli de pépites, à commencer par le brianwilsonien OK With My Decay. Les singles sont tubesques à souhait. I'm On Standby ("Je suis HS") semble annoncer la fatigue grandissante de Lytle, fatigué de tourner, fatigué de devoir satisfaire d'autres personnes que ses fans. Une fatigue finalement collective qui précipitera la fin de l'aventure.


Grandaddy - Now It's On [Sumday, 2003]

Grandaddy - El Caminos In The West [Sumday, 2003]

Grandaddy - I'm on Standby [Sumday, 2004]





Below The Radio est une compilation d'artistes chéris par Jason Lytle. Parmi eux, Beck, Earlimart, Pavement, Blonde Redhead ou encore Jackpot. La dernière piste est l'oeuvre de Lytle, un hymne à la nature, d'une simplicité enfantine, entêtante, magique. "I want to walk up the side of the mountain, I want to walk down the other side of the mountain, I want to swim in the river and lie in the sun, I want to try to be nice to everyone". Aujourd'hui Jason Lytle vit dans les montagnes du Montana et répond personnellement à chaque question qui lui est posée sur son forum. This is who he is. A ne pas rater, le CLIP, absolument magnifique, une gorgée de bonheur. 


Grandaddy - Nature Anthem [Below The Radio, 2006] 






Just Like The Fambly Cat est donc le dernier album de Grandaddy. Il est surtout l'oeuvre de Jason Lytle, qui s'est occupé d'écrire les chansons, les chanter, jouer de la batterie, de la basse, de la guitare, du clavier. Bref, tout. Kevin Garcia est venu poser quelques voix. Un album un peu "foure-tout", probablement le moins cohérent de la discographie du groupe, mais représentatif de la richesse de sa musique. On y trouve de tout, des ballades, des tubes pop-rock, des titres lo-fi comme aux débuts du groupe, des voyages planants ... Un très bel album d'aurevoir. L'unique single, Elevate Myself, est lui même un mix d'un peu tout ça, du synthé, des cloches, des effets bizarres sur la voix, une guitare discrète, du pur Lytle.  Le titre n'est pas anodin : "Ok, il est temps que je vole de mes propres ailes".


Grandaddy - Elevate Myself [Just Like The Fambly Cat, 2006]


Publié dans BELOW THE RADIO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article